-

Les évolutions continues des technologies linguistiques (TL) et de l’intelligence artificielle (IA) génèrent de nouvelles opportunités pour soutenir la libre circulation de l’information entre les langues et au-delà des frontières et pour construire le fondement économique et culturel du Marché unique numérique européen. Conformément à la Charte de l’UE (article 22) et au Traité sur l’Union européenne (art. 3 (3) TUE), les 24 langues officielles de l’UE jouissent toutes d’un statut égal et bénéficient d’un soutien de même niveau. Néanmoins, les outils et les ressources disponibles pour les langues minoritaires telles que le maltais sont souvent rares, voire inexistantes, ce qui entraîne un élargissement constant de l’écart de technologie linguistique entre les langues dotées de ressources suffisantes et les langues de moindre envergure. Au pire des cas, cela peut entraîner une extinction numérique des langues minoritaires.

Le document « Malte, le lancement ultime de l’IA, une stratégie et une vision pour l’intelligence artificielle à Malte en 2030 », publié en 2019, indique que le niveau de soutien technologique pour le maltais est extrêmement faible par rapport à d’autres langues européennes. Par conséquent, l’anglais est devenu le choix de « langue par défaut pour la plupart des appareils technologiques à Malte, en raison de la disponibilité d’un plus grand nombre de ressources et de leur facilité d’utilisation »1.

À compter du 1er janvier 2021, le projet « LT-Bridge » du programme HORIZON 2020 cherche à remédier à cette situation : Le projet LT Bridge se concentre sur la communauté des chercheurs maltais en vue d’intégrer le département d’intelligence artificielle et l’institut de linguistique informatique de l’Université de Malte (UM) dans la communauté des chercheurs européens dans le domaine des technologies linguistiques basées sur l’IA. Plus précisément, le projet vise à renforcer les capacités de recherche et d’innovation de l’UM ainsi que sa réputation au sein de la communauté scientifique et à créer un centre d’excellence de niveau européen capable de réduire, voire de combler les écarts technologiques pour les Maltais.

Ce projet est coordonné par l’Université de Malte et soutenu par deux organismes de recherche européens de premier plan, notamment le Centre de recherche allemand pour l’intelligence artificielle (DFKI) et le Centre ADAPT de l’Université de Dublin City (DCU). De plus amples informations sur le projet sont disponibles sur le lien suivant : https://cordis.europa.eu/project/id/952194/de

 

1Source : Malte, le lancement ultime de l’IA, une stratégie et une vision pour l’intelligence artificielle à Malte en 2030, publié en octobre 2019 (https://malta.ai/wp-content/uploads/2019/11/Malta_The_Ultimate_AI_Launc…, p. 48)